Urban Decay : Naked Heat, allumez le feu!

Ok ok, j’arrive bien après la bataille… Comme toujours j’ai envie de vous dire mais mieux vaux tard que jamais. Alors du coup je vous présente ma revue de la nouvelle palette d’Urban Decay, la Naked Heat.

Au niveau du packaging

Il est hyper travaillé, tant la boîte en carton que la palette en elle même. Des allumettes et des couleurs chaudes. On garde le miroir comme toujours et le pinceau double embout (qui n’apparaît pas sur mes photos car je l’ai utilisé). La palette sors de son emballage comme si c’était une boîte d’allumette, j’adore!

Au niveau des fards

12 teintes canons et pas du tout « naked » dans le sens où elles sont flamboyantes. Pour les naked, ont des teintes neutres. 8 fards mats et 4 irisés, du beige au prune en passant par le rouge/brun ou le orangé. Je pense plutôt à des looks de soirée avec, même si les teintes de gauche sont parfaites pour la journée.

 

de Gauche à droite : Ounce, Chaser, Sauced, Low Blow, Lumbre, He Devil.

de gauche à droite : dirty talk, scorched, cayenne, en fuego, ashes, ember

Côté pigmentation, je suis ravie, surtout pour les irisés qui sont parfaits! Je les trouves pas trop poudreux, un brin crémeux, assez facile à travailler. Evidemment les teintes claires sont plus légères en couleurs et je suis fan des teintes dirty talk, scorched, ashes.

Niveau tenue, rien à dire, j’utilise une base et ça aide bien.

Verdict

Cette palette est une réussite, elle permet de faire de supers looks assez audacieux. Mais pourra convenir à toutes les couleurs d’yeux. La mode est aux teintes chaudes, entre la sweet peach de Too Faced et la Desert Dusk de Huda Beauty ou celle d’anastasia Beverly Hills. On a quand même des teintes exclusives et différentes de ce que l’on voit d’ordinaires.

Avez-vous craqué pour cette palette? Qu’en pensez vous?

 

 

 

Mélanie, 24 ans, parisienne mais pas trop. Make up addict et photographe.

No Comments

Leave a Comment